samedi 25 juin 2011

Le Cirque Mandingue danse Foté Foré au Festival Solstice

Solstice a été marqué par l'acrobatie sous toutes ses formes.

Après la lenteur des évolutions sur les mâts chinois, les envols dans le Parc de Sceaux et les assemblages de Ieto, le public a apprécié le travail chorégraphique de deux compagnies étrangères qui ont plus d'un point commun.

Toutes deux ont permis à des jeunes de la rue de devenir des artistes reconnus.Les premiers sont guinées, les seconds cambodgiens.

Aujourd'hui je vous parlerai du spectacle du Cirque Mandingue.

Dès leur entrée en scène les danseurs développent une énergie joyeuse et bruyante. Ils commencent en jouant la rencontre entre des jeunes noirs et un homme blanc (Régis Truchy), fraichement débarqué sur le tarmac de l'aéroport. La scène a donné son nom au spectacle puisque Foté Foré signifie littéralement "blanc et noir".

Les jeunes gens étaient heureux d'évoluer en extérieur après avoir été "enfermés" à l'opéra de Cork où ils étaient invités pour le Cork Mild Summer Festival. Le plein air convient très bien à leurs évolutions même si on peut malgré tout regretter l'absence des lumières qui auraient embelli le spectacle conçu par Luc Richard et Christian Lucas et que certains d'entre vous ont peut-être vu à la Ferme du Buisson, qui est la scène nationale de Marne-la-Vallée ou au Cent Quatre l'hiver dernier.

C'est Richard Djoudi qui a "découvert" les danseurs sur une plage de Konatry (Guinée) où ils évoluaient à la fois pour s'amuser et passer le temps. Il a aussitôt pensé que ces jeunes pourraient être le clou du spectacle de la cérémonie d'ouverture du 2ème Festival Culturel Panafricain d'Alger en 2009 qu'on lui avait demandé d'organiser.
Foté Foré est une succession de plusieurs tableaux très rythmés, souvent scandés d'incantations, comme ici avec "allez, allez, monte au cable !" .
Avec une dominante de sauts et de portées qui sont enchainés avec agilité tout au long de la soirée.
La "bataille" se poursuit sur le terrain de la contorsion avec un Régis Truchy semblant parcouru par un courant électrique.

C'est un des grands noms du hip-hop depuis 1988. Il pratique le locking, les ondulations, le Boogaloo, le smurf et surtout le popping dont il est un des spécialistes mondiaux. Le principe de base est d'alterner la contraction et la décontraction des muscles en rythme. Ce danseur a accompagné MC Solaar en tournée et a chorégraphié le spectacle des 10 commandements .





La troupe, composée de jeunes entre 20 et 28 ans, est maintenant professionnelle et vit de ses talents. Elle est dirigée par Yamoussa Camara, dit Junior, qui les entraine en surveillant qu'ils prennent soin correctement de leurs corps parce que cette forme de danse est éprouvante.

L'humour est également présent. Ne serait-ce qu'au travers d'une compétition musculaire où, pour ce qui est des tablettes de chocolat, le public manifestement apprécie car les applaudissements ont été nourris.

La pluie ose menacer les spectateurs un court instant mais cette soirée sera elle aussi épargnée par les eaux.Consolez-vous de les avoir manqués : ils reviendront à paris le 9 décembre prochain pour Rock en cirque et se produiront au Cirque Phénix, qui est avec ses 5000 places le plus gros chapiteau du monde. Ce sera sur la Pelouse de Reuilly et sont annoncés aussi Sanseverino, Christophe et Mathieu Chédid.
Après-demain je vous parle des danseurs cambodgiens de Putho.

1 commentaire:

Le Cirque Mandingue a dit…

Bonjour,
Le Cirque Mandingue vous remercie de lui avoir consacré un article! Toute la troupe sera en effet en piste, avec tous ses amis, le 9 décembre 2011 sous le chapiteau du Cirque Phénix, Paris 12e, un site internet a d'ailleurs été lancé pour présenter l'évènement comme il se doit: www.rockencirque.com/, alors n'hésitez pas à le diffuser... ;)

Articles les plus consultés (au cours des 7 derniers jours)