jeudi 31 octobre 2013

Ma recette pour le défi Halloween de Fleury-Michon

Voilà ce qui arrive quand on fonctionne à bride abattue ... en allant un peu trop vite. Je n'avais pas fait attention que le défi consistait à réaliser une recette chaude ... Mettre en scène un plat avec du surimi dans une atmosphère Halloween me semblait suffisamment difficile pour que je ne m'interroge pas davantage sur les conditions.

C'était soirée mexicaine à la maison ... alors je n'aurais de toutes façons pas pensé un instant à préparer un second plat chaud. Si j'ai relevé le défi c'est par pure envie de faire quelque chose de rigolo.

Ayant une bande d'ados sous la main j'ai commencé à leur faire gouter les quatre variétés de surimi Fleury-Michon, une marque qu'ils ne pensaient pas présente dans cet univers.

Si la différence entre la proposition classique et celle qui affiche 25% de moins de sel est perceptible, et s'ils ont plébiscité la boite qui annonçait plus de chair de crabe il a par contre été très difficile d'établir un classement en terme de goût entre le sans gluten, et la version dite moelleuse.

Tout le monde fut d'accord sur un point : Ce qu'il a de bien, c'est ce qu'il n'y a ni conservateur, ni polyphosphate, ni sorbitol, ni glutamate. Nous avons aussi trouvé le système de boite fort pratique (et recyclable qui plus est).

Ma recette est toute simple et rapide à mettre en oeuvre mais devrait inciter les enfants à manger des crudités, ce qui n'est pas toujours aisé à obtenir. Parce qu'ils sont très sensibles à la présentation.

J'ai épluché un pamplemousse rosé. C'est un peu laborieux mais il faut retirer non seulement la peau extérieure mais aussi toutes les membranes car ce sont elles qui donnent de l'amertume au fruit. Le pamplemousse ainsi préparé s'accorde très bien avec la salade et le surimi.

J'ai choisi un mélange de salades dites "jeunes pousses" avec notamment des feuilles de betteraves nervurées de rouge (on ne les remarque pas sur les photos mais c'était raccord avec l'esprit Halloween).

J'ai effiloché les batonnets de surimi sur la moitié pour évoquer des balais de sorcière. J'ai emportepiécé (j'adore le verbe qui est un des favoris de Top Chef, avez-vous noté ?) un chat dans du pain d'épices et un fantôme blanc comme un linge dans une tranche de pain de mie.

Le chat a été posé à cheval sur un balai. Et la marmite miniature est remplie de vinaigrette.
Quant à la recette du surimi Fleury Michon, je vous la donne pour votre information :
Du poisson sauvage, principalement Colin d'Alaska et Merlu blanc
Du blanc d'oeuf, de l'amidon de blé et de la fécule de pommes de terre pour la texture,
De l'huile de colza pour la rondeur et le moelleux,
Du sel,
De l'arôme naturel aux extraits de crabe pour le goût,
Et pour donner un peu de couleur, de l'extrait de paprika

Les emporte-pièces Halloween ont été conçus par Carambelle pour Scrapcooking

mercredi 30 octobre 2013

Le défilé du Salon du Chocolat 2013

La 19e édition du Salon du Chocolat se tient du 30 octobre au 3 novembre, à Paris. Près de 250 exposants seront présents dans les 20 000 mètres carrés dédiés à l'événement. Le programme est comme il se doit alléchant, avec des animations, des ateliers et des dégustations. Et une grande première cette année avec le quasi doublement de la surface d'exposition pour accueillir la confiserie au rez-de-chaussée.

Je reviendrai sur plusieurs temps forts du Salon. Commençons par l'inauguration qui avait lieu hier, avec le désormais traditionnel défilé de robes en chocolat. Les visiteurs pourront voir les oeuvres d'art, car elles le sont, chaque jour à 17 heures, sur l'espace Cacao Showà la différence près que ce ne seront plus des personnalités qui les porteront.

Je l'avais annoncé sur Twitter (sans songer détenir un scoop en la matière) ... Natacha Polony a ouvert le bal de Christophe Guillarmé et du chocolatier Emmanuel Ryon, pour Cacao Barry, joliment intitulée "La Nymphe des temps modernes".
Un nom qui va bien à cette journaliste aussi belle que brillante, spécialiste des questions d'éducation, chroniqueuse très pointue sur Europe 1 et dans On n'est pas couché sur France 2. L'an dernier c'était son amie (et exchroniqueuse de ONPC) Audrey Pulvar qui défilait ... De là à parier qu'Aymeric Caron sera chocolaté en 2014 ...
La photo est un peu surexposée mais elle met en lumière (en bas, à gauche) Sylvie Douce et François Jeantet, qui sont les créateurs et commissaires généraux du Salon du Chocolat. Ils ont suivi le défilé avec une attention très touchante.
Joli diadème pour Marie-Ange Casalta, journaliste et animatrice sur la chaîne M6, qui porte "Divine Zéphyrine" des stylistes Manon Bresson-Cancel et Jean-Marc Rué, avec la chocolatière Keiko Orihara pour Monsieur Chocolat.
Les intermèdes apportaient un brin de fantaisie supplémentaire en restant dans le rythme.
Le Salon du Chocolat est aussi à l’origine de l’idée unique et audacieuse d’associer talents de la mode et du chocolat autour de la création de pièces de couture exceptionnelles, en associant des stylistes renommés mais aussi quelques lauréats du concours Jeunes créateurs de l'association Talons Aiguilles. 
Ainsi c'est Lauren Bitar  qui a conçu "L'Alchimie de la nature" porté par la journaliste et présentatrice Aïda Touhiri avec la complicité du chocolatier Arnaud Lahrer.
Aussi impressionnante de face que de dos, l'actrice Josephine Jobert arborait "L'Eclosion" de Stéphane Martello et de Bruno Rouly pour Les Délices d'un gourmand
Helmut Fritz fut le mannequin masculin de la soirée avec "Fashion Magie" une création en deux parties de Nathalie Erkan (lauréate Talons Aiguilles) et du chocolatier lorrain Franck Kestener qui fait coup double avec l'animatrice télé Louise Ekland pour la seconde partie de la tenue.
Effet de surprise avec l'ouverture de la cabosse pour faire surgir ... non pas un lapin, mais ...
... l'actrice Annabelle Milot en "Déesse chocolatée", par Nathalie Vignes et le chocolatier François Pralus.
Toute scintillante, avec des couleurs qui prirent les teintes de l'arc-en-ciel, Clara Kessous, artiste et enseignante, lui succéda dans une robe précisément nommée "Eclat" par Gaëlle Verriest (Talons aiguilles) et Jacques Bellanger.
L'actrice Dounia Coesens (Johanna Marci dans Plus Belle la vie) a fait tourner sa robe "Le Carrousel enchanté", de Nicolas Fafiotte et du chocolatier Sébastien Bouillet.
L'animatrice longiligne Eglantine Eméyé incarnait parfaitement "Daphné", de Maria Borayovskara (lauréate Talons Aiguilles) et du chocolatier Jean-Paul Hévin qui fête ses 25 ans de carrière, ce qui lui valut des applaudissements en conséquence.
La dessinatrice Pénélope Bagieu n'a pas résisté longtemps. Elle a attaqué avec gourmandise un cupcake de sa robe du même nom, imaginée par Freyagushi et Mélodie Asseraf pour Les Sucreries de Mélodie
Elle a récidivé sans complexe aux saluts. Mélodie Asseraf est présente à l'espace confiserie. Je l'avais rencontrée au mois d'août (lire l'article).
Laurence Roustandjee, animatrice et miss Météo sur M6, a fait sensation avec la création "Pump up the volume" de Benjamin Bout pour Ben Brass et Michel Panariello pour la Chocolaterie de Puyricard.

Une fois encore il était nécessaire de s'arrêter sur son dos, orné d'un très joli sac.
Le défilé était placé sous le thème de la magie et fut ponctué de nombreux tableaux oniriques comme cette acrobate suspendue à un voile de tissu.
La chanteuse Judith est arrivée portée dans les airs pour représenter "La Magicienne Itzia" de Valérie Pache et du chocolatier Stéphane Bonnat.
L'humoriste et comédienne Christelle Chollet a chanté sur scène en portant la création "Les Pouvoirs du chocolat" pour Wenderson Alves de Melo (lauréat Talons Aiguilles) et la société Cémoi
L'actrice et chanteuse Elisa Tovati a pris la pose pour le plus grand plaisir des photographes. Sa robe "Gourmandise", de Sonia Philippot pour Jeito Bijoux et le duo du Pré Catelan Chrystelle Brua et Frédéric Anton a fait sensation.
L'actrice Cécile Bois s'est cachée derrière l'ombrelle de la "Magie de la rencontre en deux cultures" de Jean Doucet et Hironobu Tsujiguchi de la maison japonaise Le Chocolat de H
Plutôt difficile à porter, mais très réussie, dans un style différent, cette mappemonde dite "Constellation" de Christophe-Alexandre Docquin et du chocolatier Patrice Chapon. L'actrice Héléna Soubeyrand (la reine Anne de Bretagne dans la série Borgia) n'était pas très libre de ses mouvements.
La modèle et actrice Noémie Lenoir fut "Galactica", de Selimetu Jane Sule (Talons Aiguilles) et du chocolatier Vincent Guerlais.
La dernière fut Sophie Thalmann, Miss France 1998 et journaliste de la chaine Equidia, qui est arrivée avec naturel ... à cheval en tant que "La Fée" pour le duo Philippe Model et le chocolatier Frédéric Cassel.
Laurent Boyer rappela ensuite les mannequins pour le salut, cette fois en compagnie des créateurs.
La jeune retraitée du tennis Marion Bartoli, gagnante de Wimbledon cette année, avait défilé dans une robe "Pluie d'or" créée par Florencia Soerensen et le chocolatier Philippe Bernachon.
Informations pratiques
Salon du chocolat, pavillon 5, porte de Versailles à Paris (XVe), du 30 octobre au 3 novembre.
Plein tarif: 13 euros. Enfants de 3 à 12 ans: 6, 50 euros. Gratuit pour les moins de 3 ans. www.salonduchocolat.fr

mardi 29 octobre 2013

La liste de mes envies, un livre, une pièce de théâtre, bientôt un film

Je suis allée voir La Liste de mes envies, adapté du roman éponyme et best seller de Grégoire Delacourt, interprété par Mikael Chirinian, dans la mise en scène d'Anne Bouvier au Cine 13 Théâtre.

La Liste de mes envies raconte le destin de Jocelyne, une mère de famille modeste travaillant à Arras, dont la vie bascule subitement après avoir gagné à la loterie.

Il serait plus correct de titrer "les" listes de mes envies car les souhaits de Jocelyne évoluent avec le temps.

C'est l'histoire d'une nana qui s'éprend d'un mec qui s'appelle presque comme elle. La ressemblance s'arrête là. Parce que, outre le fait que c'est un homme, Jocelyn ne fonctionne pas du tout comme elle. L'argent effraie la mercière. Le risque potentiel que son équilibre domestique se retourne comme une crêpe la pousse à ne rien changer quand elle gagne une somme astronomique au loto.

Difficile d'aller au bout de sa décision en jetant le billet gagnant. Elle le cache ... serait-ce au cas où ?

Vous découvrirez ce qu'il en adviendra en allant au théâtre. Anne Bouvier a adapté avec une fidélité incroyable l'énorme succès de librairie de Grégoire Delacourt qui n'a pas fini sa course vers le succès puisqu'une version cinématographique est déjà bouclée ... avec Mathilde Seigner, Marc Lavoine, Patrick Chesnais ... dans une réalisation de Didier Le Pecheur et dont la sortie est annoncée pour le printemps 2014. Je me demande comment il a employé ses droits d'auteur qui doivent s'approcher de ce qu'il aurait pu gagner à la loterie si ...

Mikael Chirinian joue tous les personnages, Jocelyne,  Jocelyn, les deux copines Danièle et Françoise, le père de Jocelyne. Non pas par souci d'économie mais pour illustrer toutes les facettes de l'énigme, à savoir qu'est-ce qui fait le bonheur ?

Egalement parce que ce comédien a cette capacité de changer de peau d'une seconde à l'autre, comme il l'avait déjà fait dans Rapport sur moi, au Théâtre Tristan Bernard où je l'avais découvert il y a quatre ans, dans une mise en scène qui était (déjà) signée par Anne Bouvier.

Le spectateur est constamment sur le qui-vive, se demandant qui parle. Décor et accessoires sont également déstabilisants, composant  une sorte d'illustration métaphorique de l'embrouillamini où se débat Jocelyne.

Le comédien ne perd jamais le fil, pas plus qu'il ne se prend les pieds dedans, ce qui parfois relève de la performance physique dès lors que la scène prend une allure de ring où Jocelyne énumère ses envies, ses besoins et surtout ses folies dont beaucoup font écho aux nôtres.

La bande-son est tout à fait juste, avec l'Eté indien de Joe Dassin pour installer la nostalgie amoureuse et le mélancolique adagietto de la 5ème symphonie de Mahler pour illustrer la perte d'un enfant.

Tout concourt au succès. A commencer par le texte qui est si juste dès qu'il aborde la question du rapport à l'argent, en continuant par le comédien (qui est ovationné à la fin).

Aimer c'est comprendre, attendre et puis c'est tout ... une autre façon de dire que finalement le bonheur ne tient qu'à un fil.

Ancien théâtre du Tertre, le Ciné XIII Théâtre, tel qu'il est aujourd'hui, a été construit en 1983 par Claude Lelouch qui a entièrement décoré le lieu à l’occasion du tournage du film Edith & Marcel. Il doit son nom à la superstition du cinéaste à propos du chiffre 13 qu'il a donné à sa société de production, son club ... Il est probable que s'il jouait au loto le 13 serait dans sa combinaison.

Niché au cœur de la butte Montmartre, à deux pas au-dessus du Moulin de la Galette, la salle est longtemps restée un cinéma où le réalisateur diffusait ses films en avant-première. Elle a conservé ses canapés rouges qui en font une salle au confort incroyable. Salomé Lelouch en a pris la direction depuis presque dix ans en faisant le pari de proposer des spectacles à la fois populaires et exigeants.

La liste de mes envies, de Grégoire Delacourt,
au Ciné XIII Théâtre - 1 avenue Junot, 75018 Paris
du mercredi au samedi à 20 heures, samedi à 17 heures (et à partir de novembre également le dimanche à 16 heures) jusqu'au  12 janvier 2014
Réservations : 01 42 54 15 12

Messages les plus consultés