dimanche 23 août 2015

Envole-toi octobre de Virginie Troussier chez Myriapode

Il y a des livres que j'ai envie de lire mais dans lesquels je ne parviens pas à entrer. C'est parfois une simple question de moment. Et, souvent, je me surprends quelques semaines plus tard à apprécier énormément un ouvrage dont je n'avais initialement pas dépassé le premier chapitre.

Je ne le sentais pas en condition pour apprécier Envole toi octobre et je l'ai proposé à mon amie Annie. Elle vient de me le rendre en me donnant son avis, que je vous restitue intégralement.

Quel a été ton ressenti de lecture  ?
Je ne connaissais pas Virginie Troussier. Je l'ai lu assez rapidement alors que c'est un sujet difficile. La quatrième de couverture m'a donné envie de plonger dans ce roman dont le titre m'apparaissait à la fois poétique et énigmatique. Ensuite, le ton grinçant de son analyse m'a intriguée. Son langage percutant m'a attirée.
Octobre est en effet intriguant. On pourrait penser à un prénom ou un surnom, en référence au film de Julien Duvivier sur la Résistance ...
L'héroïne est née en automne, ce qu'elle qualifie de "bâtard et troublant" parce que cette saison "sème des grenades entre les dents que nous dégoupillons avec la bouche". C'est donc bien du mois d'Octobre qu'il s'agit et l'écrire avec une majuscule lui confère malgré tout une sorte de personnalité. C'est avec le poème de Pablo Neruda, l'Automne revient, que démarre le livre, en installant un univers lyrique.
La question de l'autobiographie et de la vérité est assez centrale en ce moment. Peux-tu nous en dire plus ?
Avec l'emploi du "je" on peut penser à un récit autobiographique même si le personnage principal porte un prénom qui n'est pas celui de l'auteur. Suzanne est une jeune femme de trente ans, ayant préparé un monitorat de ski tout en suivant de brillantes études universitaires. C'est une femme qui affirme sa liberté et qui se livre avec beaucoup de nostalgie et de tendresse, en manifestant une forme de lucidité. L'auteur concède d'ailleurs : même si les souvenirs sont faux, ce sont des souvenirs.
Elle a déménagé six fois en cinq ans, c'est dire combien sa vie a été mouvementée, marquée par les rencontres amoureuses. Mais ce qui semble le plus déterminant serait son cadre de vie. Elle compare Paris à un scorpion alors que le touriste voit dans l'organisation des arrondissements une structure en escargot. (On pourra observer que le scorpion est le signe du zodiaque qui correspond à l'automne).  Paris ne représente pas pour elle la plus belle ville du monde mais une "addition de cafards". C'est dans la capitale que tout bascule pour Suzanne qui à l'instar de ces insectes aura tendance à vouloir "rester dans l'ombre pour survivre, sachant que dans la lumière du jour la laideur insupporte".
Disparaître aux yeux des autres, voilà toute son ambition, avec pour seules compagnes la musique et la littérature. Jusqu'à ce que l'enfermement ne devienne médicalisé.
Quel est le fil conducteur du roman ?
La répétition des échecs semble due à l'exigence de son père qui a en quelque sorte formatée Suzanne à rechercher une relation exigeante. Toutes les rencontres sont décryptées selon le prisme de l'empreinte paternelle. Suzanne ne parvient pas à accepter l'imperfection. Et c'est surtout de son père qu'elle craint le jugement : je te fuyais car je crevais de trouille que tu décèles un jour mes faiblesses.
Y a t-il malgré tout une forme de fin heureuse  ?
Suzanne finit par comprendre et admettre que l'excellence n'engendre pas l'amour (p.252) qui peut alors s'exprimer positivement : je n'ai aucune nostalgie du passé. J'attends désormais tout de l'avenir.
T'es tu reconnue dans cette réflexion ?
Je ne me suis jamais identifiée au personnage mais j'ai adhéré à l'analyse.  Ne dit-on pas qu'à la Sainte Catherine (25 novembre) tout bois prend racine ? On peut donc admettre qu'un avenir est possible. Et puis l'écriture de Virginie Troussier, dont c'est le second roman, m'a procuré un réel plaisir. Son style est très personnel, marqué par un foisonnement d'images qui m'ont parfois subjuguée. On glisse sensuellement entre les mots qui sont organisés comme les joyaux méticuleusement travaillés par un orfèvre qui façonne son chef-d'œuvre et on tourne les pages avec une avidité jamais assouvie.
A qui recommanderais tu ce livre ?
A tous ceux qui comme Suzanne sont en recherche d'une légèreté de vivre. Octobre arrive dans quelques semaines. Donnons lui des ailes pour qu'il puisse s'envoler.
Je remercie Annie pour son analyse. Le livre n'a pas fini de rencontrer son lectorat comme vous pourrez en juger sur la page Facebook qui lui est dédiée.

Envole-toi octobre de Virginie Troussier chez Myriapode

Aucun commentaire:

Articles les plus consultés (au cours des 7 derniers jours)