dimanche 6 septembre 2015

Avez-vous déjà goûté le Konjac ?

J'avais goûté des verrines avec cet ingrédient sous forme de spaghettis en avril dernier et j'avais apprécié la texture de cet aliment, à mi-chemin entre craquant et fondant. Je m'étais promis de faire l'expérience de le cuisiner moi-même. Je n'avais alors pas connaissance de ses propriétés et de son emploi comme coupe-faim, et pour cause puisqu'il m'avait ouvert l'appétit.

Le konjac est une plante que l'on utilise en Asie pour faire des pâtes, notamment les vermicelles très longs shirataki, les petites perles qui ressemblent à du riz et qu'on appelle gohan ou les kishimen, qui elles ressemblent à des tagliatelles.

Sous une forme ou une autre on en a tous mangé pour peu qu'on soit allé dans un restaurant asiatique... Rien de bien révolutionnaire alors.

Composé d'un rhizome, d'une feuille et d'une fleur, c'est le tubercule qui est employé., un peu à la manière d'une pomme de terre en Corée. Par contre, en Chine ou au Japon, le konjac est réduit en farine, puis transformé en bloc gélifié (d'où cette sensation un peu croquante) dont on tire des pâtes alimentaires.

On l'appelle konnyaku au Japon et cela fait des siècles qu'on en prépare. C'est une pâte claire obtenue par le mélange de la farine de konjac et de l'eau de chaux. Elle est parfois plus sombre, lorsqu'on la mélange à une algue.

L'eau de chaux est souvent ajoutée en Asie à l'eau de cuisson des fruits et des légumes pour qu'une fois cuit, ils restent fermes et donc présentable, tout en étant cuits à l'intérieur. Nos grands-mères ajoutaient quelques pincées de bicarbonate de soude à l'eau bouillante avant d'y plonger des choux ou des haricots pour en faciliter la digestion.

La gamme Gayelord Hauser propose aussi desTagliatelles, et des Shirataki à côté du Riz. C'est par celui-ci que j'ai commencé. Le mode d'emploi est identique à celui qu'on observe (et pour cause) pour le vermicelle de riz :
1. Rincer abondamment le Konjac façon Riz à l’eau claire.
2. Réchauffer dans l’eau bouillante 2 à 3 min.
3. Egoutter puis accommoder selon son goût.

Le konjac étant neutre de goût ce serait une "punition" de le manger tel quel. C'est malgré tout ce que font les personnes qui l'utilisent comme coupe-faim dans certains régimes, parce qu'il est pauvre en calories et propice à remplir l'estomac. On peut l'ajouter à des légumes verts déjà cuisinés ou le préparer avec un épice. J'ai suivi la recette façon risotto carottes curry qui figurait sur le paquet de riz Gayelord Hauser.
On fait dorer une carotte précuite ainsi qu’un demi-oignon dans un filet d’huile d’olive pour qu’ils obtiennent une belle couleur dorée. On ajoute le Konjac préalablement rincé et réchauffé dans l’eau bouillante avec 2 cuillerées de curry et 50 ml de bouillon. On laisse mijoter une vingtaine de minutes avant de déguster.
Avantages et inconvénients :
Comme je l'ai précisé le konjac est peu calorique. Avec moins de 10 calories pour 100 grammes (à condition de le manger sans accompagnement). Rien de comparable avec des pâtes classiques. Ni avec du riz car sa teneur en glucides est réduite.

Il est riche en fibres, il aurait une action bénéfique sur la flore intestinale. Il est aussi réputé être efficace contre le cholestérol.

Si on boit beaucoup en le mangeant il va gonfler dans l'estomac et apporter un sentiment de satiété. Voilà pourquoi on lui prête une vertu de coupe-faim. Et il n'apportera ni minéraux ni vitamines. Il ne faudrait pas en faire le produit essentiel de son alimentation.

J'avoue que cet aspect m'a un peu effrayée. Certaines de mes amies l'absorbent sous forme de gélules entre une heure et une demi-heure avant le repas, avec un grand verre d'eau. En abuser provoquerait des ballonnements car le glucomannane contenu dans le tubercule ralentit la vidange gastrique (le temps d'évacuation du contenu de l'estomac, normalement entre deux et trois heures).

Le konjac est donc, à mon avis, à employer de temps en temps, dans le cadre d'une alimentation variée. La mention "pour votre santé, associez une alimentation variée et équilibrée à un mode de vie sain" figure d'ailleurs à bon escient sur le paquet.
J'ai trouvé que l'association avec des carottes était judicieux. Je l'ai consommé avec un pain maison. Je n'irais pas jusqu'à dire que le Konjac façon Riz est une "excellente" alternative aux féculents classiques mais qu'il est appréciable de temps en temps pour réduire les apports caloriques. Et de le réserver sans doute à l'alimentation des adultes.

Aucun commentaire:

Articles les plus consultés (au cours des 7 derniers jours)