mercredi 11 janvier 2017

Urfaust de Goethe

Alors que Vie et mort de H est joué salle Serreau c'est Urfaust de Goethe qui démarre à la Tempête, dans la (petite) salle Copi. La scénographie complexe mais efficace de Stéphanie Holt (avec qui le metteur en scène travaille depuis de longues années) a du être légèrement adaptée depuis la création, en décembre dernier, sur la scène nationale du Théâtre d'Angoulême.

Le plateau est recouvert de sable, ce qui a pour effet d'assourdir les sons et d'influencer les déplacements des comédiens. Nous pouvons aussi bien nous sentir dans une grotte qu'en pleine campagne, dans un cachot ou en bord de mer, en tout cas dans un endroit inhabituel.

Tout, d'ailleurs, est pensé pour surprendre. Aussi bien la coursive qui permet au diable de dominer les humains que les marionnettes géantes et même les accessoires comme ces marguerites géantes. Avec quelques effets spéciaux (l'incendie par exemple) fort réussis.

Je ne vais pas vous asséner une leçon de lettres classiques en décortiquant, dans cette œuvre "originelle," écrite en 1775 et retrouvée à la fin du XIX°, les germes des futurs Faust, (il y en aura trois) que Goethe écrira postérieurement. Ni dénoncer ce qu'elle a de maladroit ou d'imparfait. Ou me plaindre de ne pas trouver d'unité de temps ou de lieu (et pour cause, il n'y en a pas, comme dans une pièce shakespearienne). Ce n'est pas ce qui m'intéresse quand je vais au théâtre.

J'aime être transportée. par un texte, et surtout par des interprètes. De ce coté là, le contrat est pleinement rempli. Frédéric Cherboeuf est un Faust pétri de contradictions, revenu de tout, déçu par tous les enseignements, vivant comme un ermite, profondément déprimé malgré tous ses titres, attiré par la magie puisqu'il ne craint ni l'enfer ni le diable ... ce qui fait tout de même sacrément écho au comportement de certains de nos contemporains.

Vincent Berger est un Méphisto qui parfois laisse affleurer des bribes d'humanité qui le transfigure : il cesse alors de boiter. Et qui peut avoir aussi un coté Raminagrobis. Il n'exige pas de signature sur un pacte, ni à la plume ni au sang mais il obligera tout de même à toper là à la fin.

Marguerite (Marie Kauffmann) est cette jeune fille de 14 ans qui va ouvrir le coeur de Faust à une autre forme de connaissance que le savoir livresque.

Claude Bouillon n'abuse pas des technologies en vogue aujourd'hui en multipliant le recours à la vidéo (conçue par Arthur Colignon) mais il le fait avec mesure, avec de belles évocations, la course d'une meute de loups, un crâne qui tourne. Certaines références picturales frappent l'évidence. On pense à Vermeer quand Marthe (Juliette Poissonnier) étend des draps de soie vive.

Bien qu'il s'agisse d'une tragédie il a volontairement introduit des respirations humoristiques. Mais le drame est inévitable, Marguerite, enceinte, ne pourra garder cet enfant.
Il faut bien entendu saluer le travail de composition de Baptiste Chabauty et d'Etienne Durot qui se partagent six rôles secondaires tout autant indispensables que les principaux.

Cette "première" représentation parisienne a été l'occasion de l'annonce officielle du successeur de Philippe Adrien à la tête du Théâtre de la Tempête, sur proposition de celui qui en est l'âme. Ce sera Clément Poirée (à droite sur la photo) ... un habitué en quelque sorte quand on considère le nombre d'années passées auprès de Philippe Adrien. Un choix totalement plébiscité par tout le monde et qui réjouit Gilles Bouillon (à gauche ci dessous)
Urfaust de Goethe
Mise en scène Gilles Bouillon
Dramaturgie Bernard Pico
Scénographie Nathalie Holt
Avec Frédéric Cherboeuf, Vincent Berger, Marie Kauffmann, Juliette Poissonnier, Etienne Durot et Baptiste Chabauty
Produit par la Compagnie Gilles Bouillon en coréalisation avec la Scène Nationale d’Angoulême et le
Théâtre de la Tempête
Cartoucherie de Vincennes, route du Champ de Manoeuvre, 75012 Paris
Du mardi au samedi à 20h30, dimanche à 16h30, tél. : 01 43 28 3636, jusqu’au 5 février 2017

La photo qui n'est pas logotypée A bride abattue est d'Antonia Bozzi

Aucun commentaire:

Articles les plus consultés (au cours des 7 derniers jours)