dimanche 18 juin 2017

Le serment des pirates, nouvel opus du Petit Vampire de Joann Sfar chez Rue de Sèvres

On connait tous Joann Sfar, non ?  Il est illustrateur, romancier, réalisateur français, et même musicien. Il joue notamment du ukulélé. On a pu le voir ponctuellement sur scène avec Mathias Malzieu, chanteur du groupe Dionysos. Il est l'auteur de pochettes du groupe et du clip de la chanson Tes lacets sont des fées. Il a également réalisé, avec Kerascoët, le clip Hyacinthe pour Thomas Fersen.

Mais surtout il est l'auteur d'une centaine de bandes dessinées, appartenant à ce qu'on a nommé la nouvelle vague des années 2000 avec d'autres auteurs de BD qui revendiquent une liberté formelle en cherchant à s'éloigner des formats classiques franco-belges. En effet, il est autant à l'aise dans les formats classiques (Le Chat du rabbin, Donjon) ou plus novateurs (Klezmer ou ses Carnets autobiographiques).

Petit Vampire, comme Sardine de l'espace l'ont fait connaitre auprès des adultes et de la jeunesse. Cette série a été adaptée pour la télévision en 2003. En 2010, on découvre Joann Sfar dans le cinéma avec le film Gainsbourg, vie héroïque qui obtient le César du meilleur premier film.

En 2011 il a sorti une adaptation en dessin animé du Chat du Rabbin dont j'ai apprécié la drôlerie et l'intelligence, avec lequel il obtint le César du meilleur film d'animation.

Petit Vampire est tout à fait représentatif de l'univers du bédéiste et on est heureux qu'il nous revienne. La série déjà existante compte sept albums, réalisés entre 1999 et 2005. On annonce de "nouvelles aventures" mais il ne s'agit pas d'une suite. L'auteur fait au contraire une sorte de flash-back en racontant les évènements qui ont transformé un petit garçon normal en… Petit Vampire il y a trois cent ans.

Quand l'histoire précède celle d'une œuvre antérieurement créée en se concentrant sur les événements se déroulant avant le récit original on désigne l'oeuvre sous le terme de préquelle. Et c'est ainsi qu'il convient de qualifier ce tome 1.
Avoir 10 ans éternellement (planche 9-p. 15, ci-dessus), c’est vraiment dément !!! Sauf qu'en vivant enfermé dans une grande villa, même entouré d'une joyeuse bande de monstres, de pirates et de morts-vivants, au bout de trois cents ans, on commence à s'ennuyer ! Petit Vampire rêve de découvrir le monde. Mais quand il décide de partir explorer la ville, d'obscures forces se réveillent... Et si les vampires pouvaient finalement être morts-morts ? Petit Vampire aurait-il mis toute sa famille en danger ?

Le sujet pourrait effrayer mais la tendresse et un humour poétique sont très vite repérables pour rassurer les parents de mettre cet album entre les mains de leur progéniture dès l'âge de 8 ans. C'est une bonne entrée dans le fantastique. Et surtout, la joie de vivre de Petit Vampire est communicative. On voudrait comme lui qu'un esprit nous souffle de ne jamais nous souvenir des choses tristes (p. 12).

Sur le plan de la forme, les albums de la série comptaient jusque là une trentaine de pages. On passe à plus du double, avec jusqu'à douze cases par page, ce qui permet d'enrichir l'histoire qui peut franchement devenir joyeuse comme cette bagarre (planche 57 p. 63).
Les deux tomes suivants seront-ils eux aussi en continuité avec cette prequelle ou une suite au dernier de la série précédente...  ? Rien n'a encore filtré. On guettera le tome 2 en janvier 2018 et le 3 à l'automne suivant.

Petit Vampire, Tome 1 : Le serment des pirates, de Joann Sfar et Sandrina Jardel, série en trois tomes chez Rue de Sèvres depuis le 10 Mai 2017

Aucun commentaire:

Messages les plus consultés