dimanche 2 juillet 2017

Défilé automne hiver 2017-18 d'Eva Minge

L'été semble hésiter à s'installer et déjà les couturiers présentent leur collection de haute couture automne-hiver 2017-2018. La première à laquelle j'ai assisté est celle d'Eva Minge, au coeur du Shangri-La, avenue de Iéna, où cette femme revient d'année en année avec fidélité.

On pouvait voir au premier rang Vincent Mc Doom qui fut notamment styliste chez Paco Rabanne et Guy Laroche, et directeur artistique chez Louis Vuitton (son sac était d'ailleurs siglé par cette grande maison).

Vêtu d'une combinaison pantalon de crêpe blanc (de la collection 2015-2016 d'Eva Minge) et portant les mêmes chaussures que celles que je repérerai dans quelques minutes aux pieds d'un modèle (voir autre photo plus bas, à droite), cette personnalité n'a pas que traversé la Ferme célébrités. Il reste un féru de mode et il connait Eva Minge depuis des années.

Une superbe jeune femme assista au défilé sur un fauteuil roulant. Il s'agit d'une ancienne mannequin dont j'ai appris qu'elle avait depuis, eu de très graves problèmes de santé. C'est que la créatrice polonaise est extrêmement sensible à ce qui touche à la santé, et au moral des malades. Elle est persuadée, et on a très envie de la croire, que l'art a le pouvoir d'éloigner la maladie.
 
On remarquera de nombreux papillons brodés avec des perles et qui ont été réalisés par les "élèves" de la fondation caritative créée par Eva Minge pour venir en aide aux personnes qui subissent des maladies chroniques et qui parviennent à les oublier en faisant de l’art-thérapie : Ces papillons nous ont aidé à passer ce difficile moment lors du traitement et nous ont transportées dans un autre monde merveilleux, là où tout est possible.
Appelée Black Butterflies, cette fondation voit ici la consécration du travail de plusieurs de ses membres, qui ont été invités aux saluts. Le moment était d'autant plus émouvant que tout le monde agita alors les mains jointes, simulant un vol envol de papillons.




Entre temps nos yeux ont été éblouis par les créations, inspirées par d'anciennes fables tziganes, sur la musique envoutante du film Orfeo Negro. Les mannequins portaient des turbans de gitane et abondance de grands colliers dorés.
Le noir était présent, enrichi de dentelles et de boas travaillés comme des fourrures. Mais la couleur dominait vraiment le défilé avec des tonalités très chatoyantes.
Les inspirations sont multiples. J'ai ressenti parfois une proximité artistique avec l'univers de certaines collections d'Yves Saint Laurent.
Et puis, à d'autres instants on avait le sentiment de voir surgir des silhouettes qui auraient eu leur place sur une embarcation de Pirates des Caraïbes.
 
Sans exclure aussi une extrême simplicité, alors en noir et blanc.
Notre regard était envouté par des femmes qui -pour une fois- n'étaient pas des filles faméliques aux os saillants. On les sentait vivantes, joyeuses, et on a même vu plusieurs "Plus-Size" qui  ont démontré avec charme et élégance que la mode s'adresse à toutes les femmes.
 
Le moment où des enfants ont arpenté le catwalk a été très applaudi ... ainsi que le final, cela va de soi. L'assemblée salua autant le talent que le coeur d'Eva Minge, dont la présence dans le monde de la haute couture s'affirme de plus en plus fortement depuis dix ans.

Le moment fut proche du merveilleux et je vous invite à regarder le final ... toujours plus vivant que des photos posées, même s'il s'agit d'une vidéo que j'ai prise dans des conditions qui ne sont pas optimales.
Les photos qui ne sont pas logotypées A bride abattue ont été fournies par l'équipe d'Eva Minge que je remercie.

Aucun commentaire:

Articles les plus consultés (au cours des 7 derniers jours)